Dix / Zehn / Dieci. Episode 1 : Stéphane Barbier Bouvet, Aurélie Jacquet

Dix / Zehn / Dieci
Episode 1

Stéphane Barbier Bouvet,
Dating greek and other beauties

Aurélie Jacquet,
To the amateurs damsels

Vernissage jeudi 22.09 dès 18h
Exposition 23.09 – 22.10.2016

Nouvelle adresse
LiveInYourHead
Rue de Hesse 5
Bâtiment Général-Dufour
1204 Genève

A l’occasion des dix ans de la HEAD – Genève, LiveInYourHead consacre une année de programmation à l’histoire étendue l’école. Interprétées avec la complicité d’artistes issus de différentes générations et d’horizons multiples, les traces de ses activités passées et récentes deviennent la matière de nouvelles œuvres, de nouvelles mises en perspectives. Premier épisode avec deux regards sur la collection de moulages de la HEAD, constituée de plusieurs milliers de plâtres accumulés depuis la fondation de l’ancienne Ecole de Dessin de Genève au milieu du 18ème siècle.

La proposition de Stéphane Barbier Bouvet s’intéresse au statut des moulages conservés par la HEAD – Genève : reproductions (de sculptures, de fragments d’anatomie, d’éléments naturels), copies d’icônes de l’histoire, les plâtres constituent également une sorte d’atlas pédagogique dédié à l’éducation par l’imitation. En mettant l’accent sur la leur fonction ambiguë, le designer crée un dialogue avec ses propres productions afin d’imaginer une autre manière de montrer la sculpture et le design, de mettre en scène l’histoire et l’histoire d’une collection. L’exposition devient dès lors une forme d’expérience du regard, qui fait naviguer le sens de lecture des formes entre arts et arts appliqués, sculpture et mobilier, histoire et temps présent.

A partir d’une enquête mêlant archives et témoignages, Aurélie Jacquet tisse les fils d’une intrigue prenant comme matériau l’histoire de la Haute école d’art et de design. Mêlant approche scientifique et montage poétique, son exposition met en œuvre une méthode de type archéologique. Elle met en lumière certains pans oubliés du passé de l’institution, la vie des objets qui la peuplent manière invisible et la place des femmes dans une histoire de l’éducation artistique à Genève. Les œuvres présentées représentent autant de gestes simples, discrets et pour autant engagés, pointant ce que l’on pourrait décrire comme l’inconscient de l’école d’art.

Stéphane Barbier Bouvet est né en 1981 à Marseille. Il a étudié le design à l’Ecal. En 2006, il a créé 1m3, un espace d’exposition situé à Lausanne, avec Benjamin Valenza, Jeanne Graff et Adrien Missika. Depuis, il a travaillé autant dans le contexte de l’art que du design, et enseigne dans le cadre du Dirty Art Department du Sandberg Institute d’Amsterdam avec Jerszy Seymour. Il a designé des espaces et des objets pour le Mudac de Lausanne, la Villa Noailles à Hyères, le Centre Pompidou à Paris, la Casa Tabarelli de Carlo Scarpa à Bolzano, la librairie OraibiBeckBooks à Genève, l’entreprise BETC-Euro RSCG à Patin ou la Ville de New Dehli.

Aurélie Jacquet est née en 1988 dans l’arrière-pays niçois. Après un diplôme à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, elle vient de terminer sa formation au sein du programme Work.Master de la HEAD – Genève. Sa pratique est motivée par le contexte, la prise en compte des lieux de travail, de création, de présentation – les histoires dont ils sont chargés, leurs caractéristiques physiques – afin de venir y apposer sa sensibilité. Ses recherches portent sur la mémoire et ses défauts, le rapport à la temporalité, à l’héritage, aux silences, à l’imprévu, aux gestes et aux objets que l’on manipule quotidiennement.

Dating greek and other beauties a été présenté dans une première version à La Rada, Locarno, du 25 mars au 17 avril (curateurs : Carolina Sanchez, Noah Stolz), en partenariat avec le Festival Performa.

To the amateurs damsels est produit à partir des éléments réalisés dans le cadre de d’une master thesis au sein du programme Work.Master. Pratiques artistiques contemporaines de la HEAD – Genève.