Antichambre

Antichambre

__________

Musée d’art moderne et contemporain de Genève

Depuis le 1er septembre 2015

Le projet Antichambre est conçu pour le Mamco à l’occasion de ses vingt ans. A l’origine de ce projet, l’idée d’offrir au musée la pièce qui lui manque, une chambre d’écriture, cette part à la fois discrète et essentielle de son activité. Il s’agit ainsi, de rendre hommage à sa « voix » mais aussi d’amorcer une histoire orale. Le lieu choisi pour accueillir le projet est L’Appartement de Ghislain Mollet-Viéville, tant pour la place qu’il donne a l’écriture que pour sa vocation – que le musée perpétue – à être un lieu d’échange et de transmission.

Proposition en plusieurs actes, Antichambre s’accomplit un fragment après l’autre, chacun donnant lieu à un rendez-vous dans le musée : lecture par les étudiants, diffusion d’une pièce sonore et parution d’un « script ». Se saisissant de la nomenclature des salles comme de la « première trace écrite » du musée, Antichambre se donne ce texte pour origine, qu’elle rejoue et étend. A chaque fragment correspondent donc une chambre imaginaire, une séquence sonore et sa transcription (son script).

Chaque rendez-vous est consacré à la lecture d’un script et à la première diffusion d’un fragment sonore qui tournera ensuite dans L’Appartement pendant un court laps de temps jusqu’à être remplacé par le fragment suivant. Cette proposition ouverte et progressive possède deux horizons : une publication (des scripts et textes des étudiants), et sa reprise par Célia Houdart et Sébastien Roux en collaboration avec les étudiants sous la forme d’une création radiophonique.

__________

En février 2015 un groupe d’étudiants de l’Atelier Ecriture et Work.Master a été constitué. Au rythme de deux matinées par mois jusqu’en juin 2015, le groupe s’est réuni pour travailler sur ce projet et formuler une proposition pour le Mamco. Durant cette période nous avons rencontré les différents acteurs du musée, exploré les archives et visité régulièrement les lieux.

Des intervenants ont été sollicités pour accompagner notre réflexion : Julien Zanetta, enseignant et chercheur au sein du Département de Langue et de Littérature Françaises Modernes de l’Université de Genève, est intervenu (un jour) sur la « lecture du musée » faite par la littérature. Célia Houdart et Sébastien Roux (deux jours) ont abordé la question de la fiction sonore « située » et on travaillé avec les étudiants à la formalisation du premier fragment.
__________

Le 1er septembre, le premier fragment « Tous les noms le nom » est diffusé (uniquement) sur le site du Mamco et marque (à la manière d’une bande-annonce) le début de la proposition.

Le jeudi 8 octobre 2015, le deuxième fragment « Service pistes & pièces » est diffusé dans L’Appartement précédé de la lecture du script de « Tous les noms le nom »

Le jeudi 12 novembre 2015, le troisième fragment « Boîte de nuit (à Borges) » est diffusé dans L’Appartement précédé de la lecture du script de « Service pistes & pièces ».

Le jeudi 3 décembre 2015, le quatrième fragment « Speaker Corner » est diffusé dans L’Appartement précédé de la lecture du script de « Boîte de nuit (à Borges) ».

Le jeudi 17 décembre 2015, le cinquième fragment « Plage de réponses impulsionnelles » est diffusé dans L’Appartement précédé de la lecture du script de « Speaker Corner ».

Une fois un fragment diffusé, il est archivé sur le site du Mamco à la page Antichambre.
__________

Direction du projet

Carla Demierre

Etudiants & Alumni

Caroline Bourrit, Léa Bouttier, Lara Carron, Gaëlle Dumas, Aurélie Jacquet, Ye Ma, Linn Molinneaux, Christelle Sanvee, Julie Sas, Kimberley Sreekumar, Anne-Lise Solanilla, Cécile Velley
Artistes associés

Célia Houdart (écrivain), Sébastien Roux (musicien, artiste sonore)

Autres personnes associées à la HEAD-Genève

Clovis Duran (chargé du design de la publication), Dominique Fabre (soutien technique enregistrement et montage)

Suivi du projet pour le Mamco

Alice Malinge, Françoise Ninghetto

__________

Biographies

Carla Demierre écrit des textes (poésie, fiction) et réalise des oeuvres dérivées de ses textes (pièces sonores, lectures arrangées). Elle compense une activité plutôt solitaire de l’écriture par des collaborations régulières avec des artistes autour de formes imprimées, exposées ou performées. Pour exemples, la revue Tissu qu’elle fabrique avec Fabienne Radi et Izet Sheshivari, la correspondance de textes et de dessins qu’elle entretient avec Didier Rittener, ou son travail avec la chorégraphe Perrine Valli autour de plusieurs pièces pour la scène (2011-2013). En 2012, elle a publié Ma mère est humoriste, aux éditions Laureli/Léo Scheer.

Après des études de lettres et de philosophie (Ecole Normale Supérieure-Ulm), des assistanats à la mise en scène (Oskar Gomez-Mata, Arthur Nauzyciel) Célia Houdart se consacre à l’écriture. Elle est l’auteur de quatre romans : Gil (P.O.L, 2015), Carrare (P.O.L, 2011), Le Patron (P.O.L, 2009), Les merveilles du monde (P.O.L, 2007) et d’un essai : Georges Aperghis. Avis de tempête (éditions Intervalles, 2007). Son œuvre comprend également des textes pour le théâtre et depuis 2008, elle compose en duo avec le compositeur Sébastien Roux des pièces diffusées in situ, parcours sonores, performance radiophonique ou installations.

Sébastien Roux compose de la musique électronique qu’il donne à entendre sous la forme de disques, de séances d’écoute, d’installations ou parcours ou encore de pièces radiophoniques. Il s’intéresse aux conditions de l’écoute, à la notion d’espace sonore et à la composition à partir de contraintes formelles. Depuis plusieurs années, il travaille sur la traduction sonore, principe consistant à utiliser une œuvre existante comme partition pour une nouvelle pièce. Ce procédé a notamment donné lieu à Inevitable Music, cycle de traductions sonores des dessins muraux de Sol LeWitt. Il collabore fréquemment avec l’auteure Célia Houdart et le scénographe Olivier Vadrot sur des projets transdisciplinaires et in situ.