When Matter Thinks: Ursula Biemann + Kodwo Eshun

THINKING UNDER TURBULENCE

GENEVA COLLOQUIUM

Lundi 28 septembre 2015 – 19h00

URSULA BIEMANN ET KODWO ESHUN : WHEN MATTER THINKS (QUAND LA MATIÈRE PENSE)

Présentations suivies d’une conversation (en anglais)

HEAD, Boulevard Helvétique 9, 1205 Genève, salle de séminaire CCC, 2ème étage, salle 27

Kodwo Eshun et Ursula Biemann exploreront les différentes formes de recherche qui entrent en contact avec les forces de la matière.

Comment est envisagé et narré l’enchevêtrement de l’humain et de l’inhumain ? Comment sont rendues audibles, visibles et sensibles les multiples échelles de relations entre la terre, le monde et la planète ? Comment les demandes temporelles et spatiales de la matière planétaire – qui subit la violence anthropogénique – modulent-elles, mutent-elles et refondent-elles la forme et la fonction de la pratique essayiste ?

Dans sa conférence The Cosmopolitical Forest (La Forêt Cosmopolitique), Ursula Biemann traitera des moyens de remettre en question l’épistémologie traditionnelle grâce à une vision post-humaniste qui repense les interrelations entre pensée et matière comme un système unique, interactif et dynamique, en constant processus d’agrégation moléculaire. Les récentes vidéos d’Ursula Biemann explorent la matérialité du pétrole et de la glace, ou considèrent la forêt et l’eau comme des médias temporels qui, au même titre que la vidéo, enregistrent l’histoire humaine et les altérations chimiques de la planète. En s’appuyant sur les théories de Michel Serres, Isabelle Stengers et Eduardo Kohn, Biemann analyse Forest Law, une vidéo récente produite en collaboration avec l’architecte Paolo Tavares, dont la narration se situe dans un futur conditionnel défini par les décisions actuelles.

Dans sa conférence Sentient Entities (Entités Sensibles), Kodwo Eshun traitera du rôle joué par la matière sensible dans les styles de fiction contemporains, tels que l’Eerie et le New Weird, respectivement comics et fictions d’horreur. Dans les textes récents du théoricien Reza Negarastani et du romancier Jeff VanderMeer, des matières telles que le pétrole ou les paysages pollués sont envisagés comme des médias post- et supranaturels qui jouent un rôle occulte au sein des assemblages cosmopolitiques. Bien que différentes, les écologies nuisibles imaginées dans Cyclonopedia et The Southern Reach Trilogy sont liées aux actions cachées de la matière, mises-en-scène dans les travaux récents de The Otolith Group, du théoricien Mark Fisher et du romancier Justin Barton. Quelles sont les implications de la symbiose et de l’inversion anthropique entre l’humain et l’inhumain narrées dans ces travaux ?

Ursula Biemann est une artiste, écrivain et essayiste vidéo basée à Zürich. Sa pratique artistique, fortement orientée vers la recherche, implique des travaux sur le terrain dans des lieux parfois reculés, où elle investigue les écologies du pétrole et de l’eau – comme récemment pour Forest Law en Amazonie. Biemann fait partie du projet collectif d’art et de médias World of Matter. Ses installations vidéo ont été montrées dans des biennales d’art et des musées du monde entier. L’Université suédoise d’Umeo l’a nommée Doctor honoris causa en Lettres et elle a reçu le prix Meret Oppenheim en 2009. Biemann est l’auteure et éditrice de nombreux livres, comme par exemple Stuff-it: the Video Essay in the Digital Age and Geography and the Politics of Mobility. www.geobodies.org.

Kodwo Eshun est un artiste et théoricien basé à Londres. Il est le cofondateur de The Otolith Group, dont les travaux ont été récemment présentés dans des expositions monographiques à Serralves, Porto et à la Bergen Kunsthall, et dans des exposition collectives telles que The Anthropocene Project. A Report, Haus der Kulturen der Welt et Cut to Swipe, Museum of Modern Art, New York. En 2010, The Otolith Group est nominé pour le Turner Prize. Eshun est l’auteur de Dan Graham: Rock My Religion (2012) et More Brilliant than the Sun: Adventures in Sonic Fiction (1998). Il a coédité World 3 (2014), The Militant Image: A Cine-Geography: Third Text 108 (2011), Harun Farocki: Against What? Against Whom? (2009), A Long Time Between Suns (2009) et The Ghosts of Songs: The Film Art of the Black Audio Film Collective (2007). Eshun enseigne les Cultures Auditives et Visuelles dans le Département des Cultures Visuelles de Goldsmiths, Université de Londres.

Cette soirée est la partie publique du Colloquium d’un an intitulé “Thinking under Turbulence” qui structure l’enseignement du Programme Master de recherche CCC 2015/16, sous la direction de Doreen Mende. Les participants au Colloquium sont invités à entrer en conversation avec les étudiants CCC et les membres du corps enseignant. Ce Colloquium d’un an intervient à un moment de transition dans l’histoire du CCC, le programme de la HEAD de Genève dédié à la recherche critique, aux techno-politiques et aux problématiques curatoriales d’un monde globalisé. Le Colloquium offre au programme un temps de réflexion sur ses futurs développements, dans une période dirigée par les impératifs accélérationnistes du capitalisme financier global. L’idée du Colloquium provient littéralement de l’action de “parler ensemble”: de com- “ensemble”+ -loquium “parler”. Parler ensemble dans/hors de l’académie. Le concept du Colloquium ne propose donc pas l’action de penser comme méthode philosophique, mais surgit plutôt d’un moment de turbulence où la connaissance est en crise. Un moment qui nous oblige à penser, à penser différemment.

Contact : eric.philippoz@hesge.ch