Christophe Kihm

Comportements - Observations, études, pratiques

8 séances de 4 heures les mercredis après-midi pendant l’année 2018-2019

De nombreux scientifiques ayant recours à l’observation directe de comportements humains ou animaux plébiscitent aujourd’hui un partage d’information avec ceux qu’ils appellent les ‘citizen scientists’, observateurs qui relèvent, souvent sous forme d’anecdotes, parfois en partageant des méthodes d’observation scientifiques, des comportements sociaux dans des cadres quotidiens. D’autres, tout aussi nombreux, souscrivent à un mot d’ordre qui vaudrait aujourd’hui pour les sciences humaines, appelant à une sortie de l’anthropocentrisme pour leurs disciplines respectives : ici, l’observation semble un point d’entrée privilégié pour mettre en pratique des déplacements ou des décentrements susceptibles d’apporter des réponses concrètes à ces injonctions. Dans ce contexte, il n’est pas inutile de revenir sur le développement, notamment dans les sciences humaines et plus particulièrement encore dans le cadre de recherches menées sur la communication et l’interaction, sur des techniques d’observation, de description et de notation des comportements humains. Nous partirons d’un corpus d’études produites dans le cadre de ces recherches et nous essaierons de développer nos propres outils d’observation et de description de comportements dans le contexte contemporain de Genève. Ces études pourront s’appliquer à différents contextes sociaux, culturels, etc., que nous choisirons. Ce corpus de textes sera enrichi par des expériences artistiques d’observation, mais aussi par des films d’observation (scientifiques ou non) en tenant compte des propositions de chacun-e des participant-e-s. Le second volet de cet atelier s’appliquera non plus aux comportements humains, mais aux comportements animaux et concernera plus directement les études menées dans le cadre de la zoologie et de l’éthologie, dans leurs différentes branches. Nous nous appuierons sur un corpus d’études situées dans le sillage du naturalisme et de l’évolutionnisme et nous essaierons, à partir d’elles, de fabriquer nos propres outils d’analyse et de les mettre à l’épreuve dans le contexte d’observations à Genève. Ce corpus de textes sera à nouveau enrichi par des expériences artistiques et des films d’observation (scientifiques ou non, amateurs ou professionnels) tenant compte des propositions de chacun-e des participant-e-s. Huit ateliers de quatre heures seront donnés dans l’année : les quatre premiers permettront de se familiariser avec des méthodes et des pratiques d’observation, au cours du premier semestre. Lors du second semestre, nous inviterons des chercheurs à venir discuter de leurs travaux et nous leur proposerons de poser un regard critique sur nos propres travaux.