Yann Chateigné

Cultures aurales

On parle du monde aural (du latin auris, oreille) comme se rapportant au domaine du son et de l’écoute, principalement constitué de vibrations, d’ondes et de vagues. Les cultures aurales dont il est question ici sont nourries de l’histoire récente des pratiques sonores et musicales. Elles reposent sur une étude de leurs traces matérielles (enregistrements, archives), comme sur ce qui ne peut parfois pas s’inscrire sur ces supports. La mémoire, les récits voire les fictions, les relient alors aux cultures orales, cette fois, qui se transmettent elles aussi par le son et le corps, la voix de ceux qui les exposent. Cet atelier, sous la forme de séances d’écoute bimensuelles, propose d’explorer, par le biais du son, une histoire « invisible » de l’art, reliant arts visuels, performance et musique. Les généalogies esthétiques et politique qui se tissent alors, s’organisent autour de documents sonores – traces de gestes et de performances, productions discographiques, œuvres sonores. Les séances sont conçues de manière à la fois chronologiques et thématiques, du silence John Cage au déferlement de la Noise music, des relations entre danse et musique à l’idée de stase et d’extase dans la musique électronique, des relations entre politique et spiritualité dans la musique africaine américaine à l’occulte dans la Folk music, du concept de Popà la linguistique du Punk… Un texte sera à lire en amont, et en aval d’une liste de morceaux joués durant la séance.

Cultures aurales #01 Playlist 10 octobre 2019

Chris Watson, Wild Song at Dawn, 2007 David Tudor & John Cage, Rainforest II/Mureau, 1965 – 72 (extrait) Musique Centrafricaine, Exemple De Langage Instrumental (Ndokpa), enregistrement de Charles Duvelle, 1962 Simone Forti, Molimo, c. 1970 Yoshi Wada, Lament For The Rise And Fall Of The Elephantine Crocodile, 1982 AMM, The Inexhaustible Document, 1987 (extrait) Derek Bailey, Where is the Police, 1971 Robbie Basho, If I Give My Heart To You, Live at St. Mary’s College of California, 1976