Représentation-Animation

Avec Alexandra Maurer

Animations réalisées dans le cadre d’un workshop organisé par l’atelier d’animation et l’option Représentation de la filière Arts visuels.

« Le workshop animation veut interroger le dessin ou la peinture qui deviennent espace. Le dessin étant souvent défini par la feuille se permet de s’étirer et bouge d’une façon imprévisible et iréelle, devient corps, se perd à l’infini, ne revient plus, devient gigantesque à perte de vue, s’efface complètement, revient à l’extrémité, se promène dans l’espace. »
Alexandra Maurer

Artiste invitée : Alexandra Maurer
Responsables de l’option Représentation : Caroline Bachmann et Peter Roesch
Enseignant atelier d’animation : Olivier Riechsteiner
Assistant de l’option Représentation : Baptiste Gaillard


Delirium tremens

Ksenia Sadilova
« Dans cette animation expérimentale, objets et formes dialogent le cours des choses. L’idée naît suite aux objets sous la main créant une installaiton qui m’a montré une nouvelle manière de s’exprimer. »


Depths in movement

Laura Rivanera
« C’est un va-et-vient entre le fond et la surface, un jeu entre les différentes couches du papier. La réalisation de ce projet fut expérimentale, il m’a fallu changer mes habitudes picturales pour lâcher prise, tout en prenant goût à adapter mes prises de vue sur un sujet déjà en mouvement-les coulures de l’aquarelle. » (Muet.)


Fourmi

Anne-Lise Solanilla et Rafaela Fuchs
« L’animation tente de rendre poreuse la limite entre 2D et 3D. »


Les multiples facettes d’une femme

Jenny Corboz
« A travers l’effacement du dessin se renouvellent les différents faciès du visage, jusqu’au moment où l’effacement se transforme en dessin. » (Muet.)


Neurosis

Andrea Nucamendi
« Un ensemble d’expérimentation + exploration + Flux + Subconscient + image + son. »


Sans titre

Fergus Sindall
« Cette animation est la recherche d’une certaine dynamique entre les formes, les couleurs et la figure humaine. Les mouvements fragiles des figures agonisantes sont mises en opposition à la dynamique des formes abstraites. Ce projet est une réflexion sur les différences d’expression qu’ils existent entre la figuration et l’abstraction. » (Version muette. Version sonore, avec la musique : « Sister Woo » de Jonny Trunk.)


Sous couche

Aliénor Näf


Striptease

Jeanne Kichenassamy-Rapaille
« Gestes spontanés, construction d’images de manière instinctive à la peinture. Superposition de feuilles formant les plans et transition d’un plan à un autre par ouverture, par déchirure de la feuille laissant place à la suivante. » (Muet.)

< Retour