faculté

Le Programme Master de recherche CCC est coordonné par un collectif d’enseignants (professeurs réguliers, chargés de cours, professeurs invités, professeurs bénévoles, chercheurs associés et consultants) qui proposent des champs d’études et des domaines de recherche renouvelés, tout en assurant un suivi régulier des projets individuels des étudiants.

Les assistants collaborent à l’enseignement, coordonnent le programme d’étude, assurent le suivi du travail des étudiants, ainsi que l’édition de la Newsletter et du site Web et accomplissent un travail de recherche sous la direction de membres de la faculté.

professeur responsable

Doreen Mende est curatrice et théoricienne. Ses récents projets de recherche incluent KP Brehmer Real Capital – Production (2014, Raven Row, Londres); Travelling Communiqué (2014/13, Musée d’histoire de la Yougoslavie, Belgrade; Haus der Kulturen der Welt, Berlin), Double Bound Economies (2013/12, Halle 14, Leipzig; Centre de la photographie, Genève; ETH Zurich; Thomas Fischer Galerie, Berlin), KP Brehmer: A Test Extending Beyond the Action (2011, CAAC, Séville), Candida Höfer: Projects Done (2009/10, CAAC, Séville; MARCO, Vigo), Not Right But Wrong (2007, JET, Berlin), Ear Appeal (2006, Kunsthalle Exnergasse, Vienne). Mende a collaboré à des projets à Ramallah, Beyrouth, Addis-Abeba et Téhéran.

Elle est coéditrice du journal e-flux 59 Harun Farocki (2014), résidente sur le blog du Manifesta Journal (2013/4) et éditrice-en-chef de la série de publications Displayer pour le Centre d’art et de technologie des médias de Karlsruhe/ ZKM (2006-09). Elle est titulaire d’un PhD en Curatorial/Knowledge de Goldsmiths, Université de Londres. Mende est aussi membre du corps enseignant du Dutch Art Institute. Depuis septembre 2015, elle est responsable du Programme Master de recherche CCC sur la pratique et la théorie des questions curatoriales et géopolitiques à la Haute école d’art et de design de Genève. Mende vit à Berlin et Genève.

professeurs réguliers

Anne-Julie Raccoursier, artiste, dont les domaines d’étude couvrent le champ des pratiques artistiques conceptuelles, discursives, interventionnistes est spécialisée dans les Cultural Studies, plus particulièrement les youth cultures, les pratiques féministes et les pédagogies alternatives. Chargée de cours depuis 2011, elle accompagne les étudiants dans les réalisations pratiques de leurs recherches par les moyens de la reproduction technique (photo, vidéo). Diplômée du California Institute of the Arts de Los Angeles (CalArts) en Critical Studies et Youth Culture Studies, (2001-2003) et de l’ESBA, Genève en études curatoriales et de genre (1999). Elle est actuellement engagée dans l’élaboration d’un projet de recherche sur les pédagogies alternatives dans les dispositifs économiques de l’éducation. Elle enseigne également au Master of Arts in Public Sphere à Sierre, Valais.

Pierre Hazan, docteur en sciences politiques, est, depuis 2008, chargé de cours en études politiques au Programme CCC où il codirige un projet de recherche sur les politiques mémorielles, soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS) sur les politiques mémorielles et les pratiques artistiques. Il est également chargé de cours au Département de science politique et relations internationales de l’Université de Genève et professeur associé au Master of Arts en journalisme et communication de l’Université de Neuchâtel. Il a couvert de nombreux conflits (ex-Yougoslavie, Rwanda) et produit des documentaires pour la télévision. Senior Fellow au United States Institute of Peace à Washington (2006-2007), ainsi qu’à la Harvard Law School (2005-2006), membre fondateur du Festival international du film des droits humains à Genève, Pierre Hazan est spécialiste des questions de justice internationale et de justice post-conflit dans les sociétés en transition. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Juger la guerre, juger l’histoire, du bon usage des Commissions Vérité et de la Justice Internationale, PUF, 2007.

Gene Ray enseigne la théorie critique au Programme CCC depuis 2008. Il co-organisait le projet de recherche Emerging Cultures of Sustainability (ECoS, 2010-2014) et co-organise actuellement le projet de recherche The Anthropocene Atlas of Geneva (TAAG). Docteur en philosophie de l’Université de Miami (1997), diplômé en études interdisciplinaires (philosophie, littérature comparée, histoire de l’art et filmologie), ses travaux se situent au croisement entre art, théorie critique et politique radicale, avec un accent sur le sublime post-1945. Sa recherche actuelle porte sur les implications du chaos climatique, l’intoxication globale et l’extinction massive des espèces, ainsi que sur les liens entre écocide et génocide. Il est auteur de Terror and the Sublime in Art and Critical Theory (Palgrave Macmillan, 2005 & 2010), éditeur de Joseph Beuys: Mapping the Legacy (DAP, 2000), et co-éditeur de Art and Contemporary Critical Practice: Reinventing Institutional Critique (Mayfly, 2009) et Critique of Creativity: Precarity, Subjectivity and Resistance in the ‘Creative Industries’ (Mayfly, 2011). Ancien German Chancellor’s Fellow à la Fondation Alexander von Humboldt, il a enseigné à l’Université de Hawaii à Manoa, et au New College of Florida et donne des conférences à Harvard University, School of Oriental and African Studies, University of London, Humboldt University, Bauhaus University Weimar, Tate Britain et Whitechapel Gallery. Ses essais ont été publiés dans Third Text, Brumaria, Historical Materialism, The Yale Journal of Criticism, Left Curve, et d’autres revues et livres. Sa publication la plus récente est “Through the Lens, Darkly,” co-écrit avec Iain Boal pour le livre Camera Atomica (2015) et “On the Mattering of Silence and Avowal: Joseph Beuys’ Plight and Negative Presentation in Post-1945 Visual Art,” Nordic Journal of Aesthetics, nos. 49-50 (2015).

professeurs invités et tuteurs

Kodwo Eshun est un artiste et théoricien basé à Londres. Il est le cofondateur de The Otolith Group, dont les travaux ont été récemment présentés dans des expositions monographiques à Serralves, Porto et à la Bergen Kunsthall, et dans des exposition collectives telles que The Anthropocene Project. A Report, Haus der Kulturen der Welt et Cut to Swipe, Museum of Modern Art, New York. En 2010, The Otolith Group est nominé pour le Turner Prize. Eshun est l’auteur de Dan Graham: Rock My Religion (2012) et More Brilliant than the Sun: Adventures in Sonic Fiction (1998). Il a coédité World 3 (2014), The Militant Image: A Cine-Geography: Third Text 108 (2011), Harun Farocki: Against What? Against Whom? (2009), A Long Time Between Suns (2009) et The Ghosts of Songs: The Film Art of the Black Audio Film Collective (2007). Eshun enseigne les Cultures Auditives et Visuelles dans le Département des Cultures Visuelles de Goldsmiths, Université de Londres.

Denis Pernet assure, en collaboration avec la Faculté CCC, le suivi des projets de recherche Master 1 et participe régulièrement aux sessions d’évaluation. Il est un membre de l’équipe de recherche du projet Politiques mémorielles et pratiques artistiques (PIMPA). Porteur d’un diplôme Master CCC, il a été assistant au Programme de 2000 à 2003. Commissaire d’exposition, il a organisé les premières expositions monographiques en Suisse d’artistes tels que Pauline Boudry/Renate Lorenz, Klat, Yuri Leiderman, Adrien Missika, ainsi que des programmes de films pour le festival Shift à Bâle et pour Eternal Tour à Jérusalem et Ramallah. Curateur durant plusieurs années au Centre d’art contemporain de Genève, il a également assuré le commissariat de plusieurs expositions de groupe. En 2012 il a participé au Festival Electron (Bâtiment d’art contemporain, Genève) sur le thème du night-club et de l’opéra dans l’art contemporain. Il écrit régulièrement dans des catalogues d’exposition et des revues d’art contemporain.

Marion von Osten est une artiste, chercheuse et commissaire d’exposition. Elle est co-fondatrice du Center for Post-colonial Knowledge and Culture (CPKC) et kleines postfordistisches Drama (kpD) à Berlin ainsi que du media collective Labor k3000 Zürich. Au-délà de sa pratique artistique et théorique, von Osten est initiatrice de recherches à long terme et d’expositions basées sur des projets collectifs comme Vietnam Diskurs Stockholm, Tensta Konsthall, Stockholm, 2016; Aesthetics of Decolonization, Institut für Theorie (ith), Zurich, et CPKC, Berlin, 2014–16 (avec Serhat Karakayali); Model House—Mapping Transcultural Modernisms, Academy of Fine Arts Vienna, 2010–13; Action! painting/publishing, Les Laboratoires d’Aubervilliers, Paris, 2011–12; In the Desert of Modernity—Colonial Planning and After, Berlin, 2008, et Casablanca, 2009 (avec Tom Avermaete et Serhat Karakayali); Projekt Migration, Cologne, 2002–06 (avec Aytac Erylmaz, Martin Rapp, Regina Röhmhild, et Kathrin Rhomberg); TRANSIT MIGRATION, Zurich et Francfort, 2003–05; Atelier Europa, Munich, 2004 (avec Sören Grammel et kpD); et Be Creative! The Creative Imperative, Zurich, 2003 (avec Peter Spillmann). De 2006 à 2012, elle était professeure pour Art et Communication à Academy of Fine Arts Vienna, et de 1999 à 2006, professeure pour des pratiques artistiques et chercheuse à l’Institute for the Theory of Art and Design (ith), Zürich University of the Arts. De 1996 à 1999, elle a été commissaire d’exposition à Shedhalle Zurich. Marion von Osten vit et travaille à Berlin.

Aymon Kreil est anthropologue. Il est actuellement chercheur à l’UFSP Asien und Europa de l’université de Zurich et professeur invité au Programme CCC. Sa thèse de doctorat, réalisée à l’EHESS (Paris) en co-tutelle avec l’Université de Neuchâtel, a pour titre Du rapport au dire. Sexe, amour et discours d’expertise au Caire (2012). Outre le genre et la sexualité, il travaille sur les questions de l’autorité religieuse, des rapports de classe et de la perception du domaine du politique.

professeur honoraire

Catherine Quéloz, professeure en l’histoire/théorie de l’art, a entrepris des recherches sur la transformation et l’extension des moyens de production artistique depuis 1960. Elle a notamment travaillé sur les pratiques artistiques situées, les histoires « mineures » et les conséquences de l’histoire sociale et des théories de genre et postcoloniales sur l’art et l’écriture de l’histoire de l’art. Elle est à l’origine d’un enseignement curatorial à l’Ecole supérieure des beaux-arts (1987) et co-fondatrice avec Liliane Schneiter du Programme Master de recherche CCC et du Séminaire Pré-Doctorat/PhD à la Haute école d’art et de design, Genève.

Elle codirige un projet de recherche, soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS) sur les pratiques artistiques et les politiques mémorielles et collabore aux recherches en cours sur les cultures émergentes de la durabilité ainsi que sur les pédagogies alternatives dans les dispositifs économiques de l’éducation.

assistants

Cécile Boss, accomplit des recherches par les moyens de l’art (vidéo, performance et écriture). Elle est titulaire d’un Bachelor en Arts Visuels et d’un Master du Programme CCC de la Haute école d’art et de design de Genève. Pour sa master thesis et son film La vie ne vit pas (2013), ses domaines de recherche ont mis en regard la psychiatrisation et l’enfermement avec le monde du travail et du care. Parallèlement, elle a entrepris en collaboration avec Mélanie Borès l’étude d’une des thèses de Walter Benjamin Sur le concept d’histoire, en lien avec le projet de recherche Politiques et initiatives mémorielles et pratiques artistiques (PIMPA). Actuellement elle travaille sur la notion de mémorialisation, par les moyens de l’essai-filmique, dans le contexte capitaliste technologisé. Assistante, elle co-dirige avec son collègue assistant Janis Schroeder le séminaire Reading Group.

Eric Philippoz est un artiste visuel dont le travail prend la forme d’installations, de vidéos, de dessins, de textes et de performances. Il est diplômé Bachelor de la Haute école d’art et de design Genève (art/médias) et Master de l’ArtEz Dutch Art Institute (Arnhem, NL). Récemment, il a mis sur pied le projet « Hôtel Philippoz », un programme de résidences et d’événements artistiques situé dans l’ancien appartement de sa grand-mère à Ayent (VS). Durant les travaux de rénovation, douze artistes internationaux ont ponctuellement séjourné à l’Hôtel afin d’engager un dialogue avec le lieu et sa mémoire. Assistant-coordinateur, il est responsable du Colloquium d’un an intitulé « Thinking under Turbulence » qui structure l’enseignement du Programme Master de recherche CCC 2015/16.

Janis Schroeder, emploie les moyens de la vidéo, de l’édition et de l’essai pour réaliser et transmettre une recherche qui discute les influences et le langage des images. En mettant en question les moyens du montage, il utilise l’essai vidéo comme une forme de representation pour prendre un point de vue critique sur les relations de pouvoir dans ces images. Avec une approche écosophique, il fait des recherches et des pratiques artistiques sur l’archéologie des médias et l’impact anthropogénique à travers des environnements construits et urbains. Assistant en charge de la coordination du Programme et des médias électroniques, il est porteur d’un MA du Programme CCC (2013) et d’un BA en Art Média, HEAD (2011). En tant qu’assistant des enseignements de Pratiques Artistiques Situées (PAS) et des Etudes critiques, il co-dirige avec sa collègue Cécile Boss le Reading Group. Il collabore au projet de recherche The Anthropocene Atlas of Geneva (TAAG), dirigé par le professeur Gene Ray.


Invités 2015-16

Gilad Ben-Nun, Isabelle Benoit, Ursula Biemann, Yann Chateigné, Mark Fisher, Laure Giletti and Gregory Dapra,  Armin Linke, Ilana Salama Ortar, Izet Sheshivari, Françoise Vergès, Grant Watson, Eyal Weizman, et autres

Les commentaires sont fermés.