Bachelor en cinéma

La première année propose un cursus commun où les étudiant·e·s expérimentent une pluralité de pratiques cinématographiques, acquièrent les techniques de base du cinéma (Super 8, 16mm, vidéo HD / 4K, prise de son, montage, lumières) et développent des écritures filmiques et sonores diverses. Ils réalisent divers courts métrages (essais documentaires, films d’archives, micro-fictions).

Dès la deuxième année, les étudiant·e·s choisissent entre deux options : réalisation ou montage. Ils travaillent ensemble sur des projets de films, tout en suivant nombres de cours spécifiques. Les étudiant·e·s en réalisation suivent des ateliers de mise en scène et direction d’acteurs/trices, ateliers d’écritures et de scénario, prises son, lumière et découpage. Les étudiant·e·s en montage acquièrent des capacités techniques avancées en montage image et montage son, en esthétiques et créations sonores.
Les étudiant·e·s en réalisation et en montage partent ensemble lors d’un grand voyage pour réaliser des films sous l’égide d’un·e cinéaste reconnu·e qui les convie dans son territoire (Rithy Panh au Cambodge, Naomi Kawase au Japon, Apichatpong Weerasethakul en Thailand).

En troisième année, les étudiant·e·s en réalisation écrivent et tournent un film de fin d’étude, dont les montages sont confiés aux étudiant·e·s en montage. Ceux-ci re-montent également un deuxième film à partir de rushes existants et réalisent un court métrage en effets spéciaux. Tous écrivent un essai théorique en étroite résonance avec leurs pratiques filmiques. Des laboratoires techniques, pratiques et d’expérimentation accompagnent la préparation de ces travaux de fins d’études.

Option Réalisation
A partir de la deuxième année, l’étudiant.e qui a choisi l’option Réalisation conduit en parallèle l’approfondissement des apprentissages techniques (maniement de caméras complexes, prise de son multicanal) et l’apprentissage de la gestion de projet (maîtrise du workflow complet). Il.elle réalise deux films principaux, l’un axé sur la fiction et l’autre sur le documentaire et il.elle dirige le travail des étudiant.e.s de l’option Montage, qui montent les films. Ensemble, les étudiant.e.s conduisent les projets jusqu’au bout en apprenant à collaborer. En troisième année, c’est le projet de film de diplôme Bachelor qui va mobiliser l’étudiant.e et concentrer les apprentissages qui ont lieu sous forme de tutorats personnalisés et de séminaires thématiques. Des cours dans les domaines de la production, de la distribution, de la sélection et des festivals sont également inscrits au programme.

Plan d’étude option Réalisation

Option Montage
A partir de la deuxième année, les étudiant.e.s qui ont choisi l’option Montage vont dé-monter et re-monter des films, afin de maîtriser les logiciels professionnels (AVID, Pro Tools) et ils.elles vont se pencher sur les questions du montage son. Par ailleurs, ces étudiant.e.s travaillent étroitement avec leurs camarades en option Réalisation, en assumant les montages des principaux films. En troisième année, les étudiant.e.s envisagent l’activité de montage comme création au sens plein du terme ; ils.elles approfondissent leurs connaissances en matière de narrations différentes et s’exercent à des montages plus variés. Par ailleurs, les étudiant.e.s ont également l’occasion d’apprivoiser des logiciels de trucage et de graphisme. Lors du projet de diplôme, c’est en équipe avec un.e étudiant.e de l’option Réalisation que chacun.e pourra démontrer ses capacités à parachever le travail à travers le montage.

Plan d’étude option Montage

Responsable :
Olivier Zuchuat (a.i.)

Adjointe :
Delphine Jeanneret

Assistant.e.s :
Clara Alloing
Fulvio Balmer Rebullida
Aurélien Haslebacher
Jonas Scheu

Equipe enseignante :
Bertrand Bacqué
Philippe Ciompi
Basil Da Cunha
Delphine Jeanneret
Marie Losier
Stefano Savona
Daniel Schweizer
Pierre-Yves Vandeweerd

Intervenant.e.s :
Claire Atherton, Alain Cabaux, Séverine Barde, Xavier Christiaens, Rudy Decelière, Claire Doyon, Nadia El Fani, Thomas Favel, Alexandre Galand, Julie Gilbert, Philippe Grandrieux, Pascale Granel, Eugène Green, Mike Hoolboom, Jürg Lempen, Nicolas Klotz, Julien Lacheray, Elina Lowenshon, Jean-Gabriel Périot, Nathalie Richard, Ben Rivers, Alice Rohrwacher, Pierre Schlesser, Marcos Uzal, Orsola Valenti, Thomas Voltzenlogel

publié le 19 décembre 2018

modifié le 21 décembre 2018