Dork Zabunyan & Corinne Maury, invités du nouveau cycle de conférences de la HEAD "Le Commerce des images"

Une initiative des Départements Arts Visuels et Cinéma/cinéma du réel

  • mercredi 12 mars 2014 – 18:30
    et le mercredi 9 avril 2014 – 18:30 (HEAD - Genève, Boulevard Helvétique 9, 1205 Genève )

Alors que les frontières entre art et cinéma contemporains ne cessent d’être battues en brèche, que les auteurs, les producteurs, les institutions elles-mêmes ouvrent autant de passages entre ces disciplines, que nombre de pratiques émergentes existent de manière toujours plus prégnante au-delà des anciens partages, dans le champ indécidable de l’image en mouvement, il est essentiel d’ouvrir des espaces de réflexion et d’échange, des dispositifs pédagogiques, des outils conceptuels adaptés. C’est l’objet du "Commerce des images", un cycle de conférences mené conjointement par les départements Arts visuels et Cinéma/cinéma du réel de la HEAD - Genève, et qui entend ouvrir, prolonger, approfondir un dialogue continu et nécessaire entre les deux domaines. A raison de deux conférences par semestre, une série d’invités, théoriciens ou auteurs travaillant aux points de jonction de l’art et du cinéma, font état, mettent en jeu au contact des étudiant-e-s, leur point de vue, un état de leur recherche, leur lecture du commerce que font les artistes et les cinéastes, des images de notre temps.
Yann Chateigné, Responsable du Département Arts Visuels

Pour inaugurer ce cycle, ouvert à tou-te-s les étudiant-e-s de la HEAD ainsi qu’à toutes les personnes intéressées, nous aurons le plaisir d’accueillir en mars et en avril 2014 Dork Zabunyan, philosophe, & Corinne Maury, professeure d’histoire et esthétique du cinéma.

« Images des soulèvements arabes : les jours d’après » par Dork Zabunyan

- Le mercredi 12 mars 2014 à 18h30 au Boulevard Helvétique 9 (salle 25)

Les soulèvements arabes de l’année 2011 n’ont pas seulement fait l’objet d’enregistrements sur le vif des événements avec des images dites « amateurs ». Ils ont également été célébrés par des séquences filmées dans l’après-coup de la chute des régimes autoritaires, par des anonymes ou des cinéastes de profession. Il s’agira de revenir sur ces lendemains de révolution, la façon dont ils sont donnés à voir et à entendre, en documentaire ou en fiction, en privilégiant des films qui remettent en question une séparation trop marquée entre ces deux genres cinématographiques.

Dork Zabunyan est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Lille-3. Ses recherches portent sur une tentative de redéfinition du cinéma comme « art impur », suivant deux axes. D’une part, il s’agit d’étudier les relations contrariées qui ont pu exister dans l’histoire, et jusqu’à nos jours, entre l’art du cinéma et les différentes formes de la culture populaire (bande dessinée, séries télévisées, clips, jeux vidéo, etc.). De l’autre, il s’agit d’analyser les nouvelles modalités de présentation des images en mouvement, hors du dispositif traditionnel de la salle obscure, et les effets que ces « migrations » de l’image sont susceptibles de provoquer en retour sur quelques gestes fondamentaux du cinématographe. Il poursuit par ailleurs, dans le sillage de travaux consacrés à la pensée des images chez Jacques Rancière et Michel Foucault, l’étude des manières dont se construit à l’écran une mémoire (individuelle, collective), et les façons dont les genres cinématographiques – la fiction, le documentaire – s’en trouvent modifiés et définis autrement.
Il a publié dans différentes revues comme artpress, Trafic, Critique, ou les Cahiers du cinéma, et dirige la collection « Logique des images » aux éditions Bayard. En 2013, il a fait paraître L’Attrait du téléphone (avec Emmanuelle André, Yellow Now) et Passages de l’histoire (Le Gac Press).

« Eloge du poétique dans le cinéma du réel contemporain » par Corinne Maury en dialogue avec Bertrand Bacqué & Jean Perret

- Le mercredi 9 avril 2014 à 18h30 au Boulevard Helvétique 9 (salle 25)

Certains cinéastes dits « du réel » n’ont pas pour intention de documenter objectivement le monde. Il leur importe de trouver une voie d’accès privilégiée au réel pour donner à voir un monde non recouvert par les apparences et les habitudes du regard. À aucun moment, ce monde regardé leur est étranger ou anonyme : ils l’habitent et le considèrent comme un chantier à vivre. Ils s’attachent alors à se détourner des représentations premières du monde afin d’en révéler des présences dont ils ont eu préalablement « sensation ». Au travers des écritures cinématographiques de Chantal Akerman, Sergei Loznista et Irit Batsry, nous questionnerons les notions de poétique du réel et de défiguration / refiguration du monde.

Corinne Maury est maître de conférences en histoire et esthétique du cinéma à l’université de Toulouse II – Le Mirail. Elle a enseigné pendant plusieurs années l’esthétique du cinéma au Quai – École supérieure d’art de Mulhouse. Elle a notamment publié Habiter le monde. Éloge du poétique dans le cinéma du réel (Yellow Now / Côté cinéma, 2011), Les Antichambres (avec la photographe Anne Immelé. Filigranes, 2009) et L’Attrait de la pluie, (Yellow Now /Côté Cinéma, Motifs, 2014).
Ses recherches portent principalement sur la poésie au cinéma, les images du paysage, les formes de l’autobiographie et le cinéma du réel contemporain. Elle a réalisé plusieurs films-essais documentaires et collabore aux films du cinéaste Olivier Zuchuat.

Présentation de L’attrait de la pluie de Corinne Maury au Rameau d’Or
Pour prolonger la discussion, Corinne Maury s’entretiendra de son nouveau livre avec Bertrand Bacqué, professeur à la HEAD - Genève, le jeudi 10 avril à 17h00 à la Librairie Le Rameau d’Or (Bvd Georges Favon 17). Plus d’informations sur la rencontre à l’adresse http://www.rameaudor.ch

publié le 6 mars 2014

modifié le 18 février 2019