Événement HES : Lignes de partages - Quand les chemins se croisent

Un projet HEPIA - HEAD

L’Événement HES 2018 intitulé Mobilité(s) qui aura lieu du 19 avril au 3 mai 2018. Durant cette période, les 6 écoles de la HES-SO Genève interprètent la mobilité à leur façon : mobilité de la culture, mobilité des corps, mobilité du savoir, mobilité sociale ou encore mobilité des espèces. Conférences, expositions et par- cours sont au programme.

Lignes de partages, c’est une rencontre entre les étudiants en troisième année d’architecture de la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (HEPIA), les étudiants de première année du Département Cinéma/Cinéma du réel de la HEAD et des personnes migrantes hébergées dans des centres d’accueil à Genève. C’est aussi la création de cartes mentales suite à l’analyse des déplacements de chacun dans la Cité. De ces différentes trajectoires observées, quatre points d’intersection communs aux étudiants et aux personnes migrantes ont été identifiés : quatre pavillons éphémères sont installés du 19 avril au 3 mai sur ces lieux pour interpeller le public sur la question migratoire au travers de récits, de cartes, de vidéos.

Débuté en octobre 2017, ce projet part d’un postulat de base : l’immigration, le déplacement de populations, l’accueil et l’intégration des personnes migrantes posent la question de leur place dans la Cité, celle qu’on leur réserve et celle qu’elles prennent de façon spontanée. Un champ d’exploration pour les étudiants qui permet de confronter leur perception et leur usage de l’espace public à celui des personnes migrantes. Quels sont les trajets que les uns et les autres effectuent dans la ville ? Comment se créée, au travers de ces déplacements, une perception de l’espace public ? Existe-t-il des points d’intersections dans la ville où étudiants et personnes migrantes se croisent ?

Conjointement à ces questionnements, les étudiants de première année de la section Cinéma du réel de la HEAD donnent la parole aux migrants et aux étudiants de la filière architecture en réalisant des entretiens filmés. Lors d’un atelier d’initiation à l’interview encadré par Emilie Charriot et Valérianne Poidevin, les étudiants ont pu saisir les récits et les histoires des acteurs du projet Lignes de partages.

Aux termes de nombreuses rencontres, de cartes mentales réalisées, quatre lieux de croisement ont été choisis : les alentours des Bastions, le parc des Chaumettes, Nations et le Square Chantepoulet. Quatre emplacements pour installer des pavillons éphémères symbolisant ces points de rencontres. Ces structures pensées par les étudiants, montées avec l’aide des personnes migrantes, rappellent des abris d’architecture de crise et interpellent par leur présence dans l’espace public. Un pavillon aborde les droits humains, un autre projette des films, un troisième expose les cartes mentales et le dernier retrace les parcours, expériences et récits.

Des installations à ne pas manquer aux quatre coins de Genève qui rend visible l’invisible.

Projet réalisé dans le cadre de l’Événement HES 2018, sur la thématique : mobilité(s), qui aura lieu du 19 avril au 3 mai 2018.

publié le 24 avril 2018

modifié le 1er mai 2018