Festival FILMAR en América Latina

19ème édition du 17 novembre au 3 décembre 2017

Le cinéma aujourd’hui - les essais en quête d’autres histoires.

Programme spécial & Rencontre avec Patricio Guzman

Le Département Cinéma/cinéma du réel, partenaire de la 19e édition du Festival FILMAR en América Latina, du 17 novembre au 3 décembre 2017

Bien sûr, le cinéma du réel bouscule les genres académiques qui se plaisent aujourd’hui encore à séparer, voire à opposer le documentaire, la fiction, l’expérimental et l’animation.

Pourtant, comment considérer El cuento de Antonia de Jorge Cadena (film de Diplôme BA), qui met en scène cette jeune fille parmi des gens d’un quartier pauvre de Barranquilla, Colombie ? Ils jouent leurs propres rôles dans le cadre d’une histoire qui met en lumière une société en butte à de violentes contradictions. Ce film est sous haute et riche influence d’un genre hybride issu de la fiction comme du documentaire.
Quant à El actor cubano de Salah El Amri, film tourné à Cuba dans le cadre du Grand Voyage (des Atelier organisés au loin du monde), ce film met en scène un fameux acteur cubain qui entre improvisation et consignes données par le réalisateur crée une situation jouissive de doute : jeu de fiction ou de réalité ?
Et Le fond de la terre de Yan Sterckx, film cubain également, il est cet essai de figurer la vie de cultivateurs de carottes alors que Fidel Castro vient de mourir. Le temps de la terre rouge n’est pas celui de l’histoire…
Buscando Patriotas de Mari Alessandrini, étudiante aussi de la HEAD Genève, relève tout autant de ce cinéma du réel attaché à inventer les territoires dans lesquels des écritures s’essaient à raconter des histoires vraies et inventées, tout à la fois.

Focus HEAD

Buscando Patriotas de Mari Alessandrini (Argentine, Suisse, 2015, doc, 35’, vo st fr)
El actor cubano de Salah el Amri (Suisse, Cuba, 2016, docufiction, 10’, vo st fr)
El cuento de Antonia de Jorge Cadena (Colombie, Suisse, 2016, fiction, 30’, vo st fr)
Le fond de la terre de Yan Sterckx (Cuba, Suisse, 2017, doc, 14’, vo st fr )

Le Grand Voyage 2016 à Cuba : Se déplacer ailleurs et chercher à regarder pour de bon des vies quotidiennes différentes, saisies dans des histoires autres. Une Convention lie la HEAD Genève et la fameuse et encore mythique EICTV – Escuela internacional de cine y television de San Antonio de los Banos, fondée il y a trente ans par Gabriel Garcia Marques, Fernando Birri et Fidel Castro, campus où convergent tant de cinéastes et de techniciens de toute l’Amérique latine et des Caraïbes. Des échanges de professeurs ont lieux, le cinéma du réel et le cine alernativo font bon ménage !

C’est dans ce cadre qu’en novembre et décembre 2016, douze étudiants du Bachelor
2e Année ont entrepris la réalisation de films engagés dans les réalités cubaines, marquées alors également par le mort de Fidel Castro. En collaboration avec le cinéaste cubain Carlos Quintela, la réalisatrice mexicaine établie à Genève Juliana Fanjul et Pablo Briones, cinéaste argentin, assistant au Département Cinéma, ce travail de quatre semaines permit de trouve de nouvelles raisons de cadrer d’autres paysages et visages, de voir d’autres lumières et d’écouter d’autres voix. Etre déraciné en quelque sorte et essayer de refonder les gestes du faire du cinéma.

Projections :
Le samedi 18.11 à 17h à Fonction Cinéma
Le dimanche 19.11 à 16h45 à Fonction Cinéma
Le mercredi 22.11 à 19h au Cinéma Bio (petite salle)
Le vendredi 24.11 à 19h au Cinéma Bio (petite salle)
Le mardi 05.12 à 19h au Cinéma Bio (petite salle)

A noter que Jorge Cadena sera membre du Jury des jeunes au coté d’étudiants de l’École Internationale, de l’Institut Florimont et des collèges De Saussure et Rousseau et sera encadré par Hortensia Cid (Ecolint), Maria José, Rana Vasquez et Elena García Rincon (Florimont), Eva Michel (De Saussure) et Gina Angeles Laplace (Rousseau).

Rencontre avec Patricio Guzman
Samedi 2 décembre à 20h00 à l’Auditorium de la Fondation Arditi

Le cinéaste Patricio Guzmán est contraint d’annuler sa visite à Genève pour des raisons de santé. La rencontre avec le public du Festival FILMAR en América Latina, prévue samedi 2 décembre à 20h00 à l’Auditorium Arditi, est remplacée par une projection gratuite du film Memoria obstinada (1997).

Vania Aillon, directrice du Festival Filmar et Jean Perret, directeur du Département Cinéma/cinéma du réel de la HEAD accueilleront Patricio Guzmán pour une conversation avec le public

Notre attachement à l’œuvre de Patricio Guzman est entier. Ce réalisateur, nous le fréquentons depuis de nombreuses années ; ses films depuis plus de cinquante ans développent une œuvre engagée à construire une mémoire collective de son pays faite de millions de mémoires individuelles. Grand narrateur, témoin privilégié de son époque, Patricio Guzman est ce cinéaste dont l’intelligence exigeante et visionnaire donne à cette oeuvre les dimensions remarquables d’un accomplissement émouvant, politique et poétique.

Cette rencontre est organisée dans le cadre de la retrospective de l’oeuvre de Patricio Guzman. + lien

Textes de Jean Perret, responsable du Département Cinéma/cinéma du réel

publié le 31 octobre 2017

modifié le 4 décembre 2017