Rencontre avec Dominique Marchais

  • lundi 22 février 2010 – 19:00
    GD salle de projection (2, rue Général-Dufour )

Rencontre avec Dominique Marchais

Le Temps des grâces, Dominique Marchais, France, 2009, 2h03min
lundi 22 février, 19h
« Une ferme en Auvergne, avec chapelle ancestrale et panorama impeccable. A priori, tout est à sa place. L’éleveur sort ses vaches sous l’oeil satisfait des citadins en vacance. Mais sur la rampe, la première vache glisse et tombe. Fin des réjouissances : tout le troupeau est au diapason, les vaches ne tiennent pas
debout. Que se passe-t-il au juste ? Réponse de l’éleveur : « Rien, tout va bien ! ».
C’était en août 2004 et cette scène ne se laissait pas oublier. Pour impressionnante qu’elle fut, c’est moins la chute des vaches que la dénégation de l’éleveur qui m’a marqué, par ce qu’elle révélait de douleur rentrée, de gène. Et mon sentiment fut que cette souffrance nous concernait, que nous n’étions pas extérieurs à cette scène, que nous faisions partie du problème. Et c’est pour mieux comprendre ce qui se jouait à ce moment là, dans cet espace-là, dans cette paradoxale intrication de beauté et de désastre, que j’ai eu le désir de parcourir tout le pays, de rencontrer tant de gens, agriculteurs, agronomes, écrivains et autres, pour faire un film qui questionnerait notre attachement à l’agriculture. »
Dominique Marchais

Dominique Marchais après avoir obtenu une licence de philosophie à Paris IV, Sorbonne, en 1994, sera critique de cinéma aux Inrockuptibles de 1995 à 1998 : interviews, entre autres, de Robert Kramer, Abbas Kiarostami, Jonas Mekas, Pedro Costa, Manoel de Oliveira, Olivier Assayas, Freddi Mürer, Michael Haneke, Frederick Wiseman, Johann Van der Keuken, Edward Yang (pour Libération)… Il collabore à La lettre du cinéma et au dictionnaire de la contre-culture Le Siècle rebelle. Dictionnaire de la contestation au XXe Siècle (Paris, Larousse, 1999). De 1998 à 2001, il est assistant montage, montage son et réalisation sur Trois ponts sur la rivière de Jean-Claude Biette, La Chambre de Vanda de Pedro Costa et L’Adolescent de Pierre Léon. De 1999 à 2003, il est sélectionneur et programmateur pour le Festival de Belfort. En 2003, il écrit et réalise son premier film, une variation sur le Lenz de Georg Büchner, un court-métrage qui traitait déjà de la question du paysage : Lenz échappé. Il a été sélectionné en 2003 au Festival du film court de Paris et à Belfort ; en 2004 à Vendôme (Prix spécial du jury), à Clermont-Ferrand et au Centre Georges Pompidou ; en 2005 à la Galerie Nationale du Jeu de Paume et à la Cinémathèque Française. Il a aussi été diffusé sur Arte en mai 2004. De 2003 à 2004, Dominique Marchais est pensionnaire cinéaste à la Villa Médicis à Rome. Depuis 2007, il a écrit et tourné le Mur du fond, documentaire sur la notion de valeur en art, basé sur la fabrication et l’installation in situ d’un fac-similé des Noces de Cana de Véronèse. En 2009, il a réalisé Le Temps des grâces, enquête documentaire sur l’agriculture française (sélectionné au festivals de Locarno, Lussas, Vienne, Belfort…), dont la sortie est prévue prochainement.


La rencontre a lieu à la Haute école d’art et de design – Genève | 2, rue Général-Dufour | salle de projection, sous-sol


publié le 20 février 2010

modifié le 8 mai 2011