Rencontre avec Souleymane Cissé en collaboration avec le GIFF

  • Du 2 au 10 novembre 2018

Dans le cadre d’une collaboration entre le GIFF Geneva International Film Festival (2-10.11) et la HEAD – Genève, le grand cinéaste malien Souleymane Cissé parlera de son oeuvre lors d’une rencontre exceptionnelle organisée mardi 6 novembre à 20h00 à l’issue de la projection (18h00) du film Yeelen dans la salle Robert Kramer. Deux autres films (Baara et Finye) seront montrés en exclusivité à Genève mercredi 7 et jeudi 8 novembre.

Le parcours de Souleymane Cissé est pour le moins impressionnant. Il n’a que 7 ans quand il commence à s’intéresser au cinéma. Après des études secondaires à Dakar, il revient au Mali en 1960, au moment où le pays prend son indépendance. C’est alors que survient pour lui la révélation, à l’occasion de la projection d’un documentaire sur l’arrestation de Lumumba : il fera du cinéma. Il décroche une bourse et part à Moscou, où il sera projectionniste, puis cinéaste. En 1970, il est engagé comme caméraman par le ministère de l’Information malien. Deux ans plus tard, il réalise Cinq jours d’une vie, primé au Festival de Carthage. La sortie de son premier long métrage, Den Muso (La Fille), mené à bien grâce à la coopération française, relate l’histoire d’une jeune fille muette, violée puis rejetée par sa famille ; il est interdit au Mali et vaudra à Souleymane Cissé d’être emprisonné. Il tourne des films mieux accueillis comme Baara (Le Travail), et Finyé (Le Vent), tous deux récompensés par l’Etalon de Yenenga au Fespaco. Mais c’est Yeelen (La Lumière), prix du Jury à Cannes en 1987, qui le révélera enfin au grand public. Cinéaste engagé, Souleymane Cissé est également président de l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (UCECAO), dont il est en partie à l’origine. Son travail lui a permis d’être élevé au rang de commandeur de l’Ordre National du Mali par le président Amadou Toumani Touré le 1er janvier 2006. Il vient de présenter son film Min Ye au festival de Cannes en 2009. (trigon-film.org)

Filmographie
Oka - 2015
Min Ye (Dis-moi qui tu es) - 2009
Waati (Le Temps) - France, Burkina Faso, Mali, 140’, 1995
Yeelen (La lumière) - Mali, 106’, 1987
Finye - Mali, 105’, 1982
Baara (Le travail) - Mali, 93’, 1978
Chanteurs traditionnels des Iles Seychelles - Mali 1978 (court métrage)
Den muso (La Jeune fille) - Mali, 85’, 1975
L’Homme et ses idoles - Mali, 1975 (court métrage)
Cinq jours d’une vie - Mali, 1973 (court métrage)
Fête du Sanké - Mali, 1971 (court métrage)
Dégal à Dialloubé - Mali, 1970 (court métrage)
L’aspirant - Mali, 1968 (court métrage)

Yeelen (La lumière) - Mali, 106’, 1987
Une mère enjoint son fils Niankoro de fuir avant l’arrivée du sorcier Soma, son père. Le jeune homme doit traverser le pays seul pour trouver son oncle Djigui, frère jumeau de Soma. Grâce au collier et à l’amulette qu’elle lui confie, elle espère que Niankoro pourra se réconcilier avec ce père qui souhaite sa mort. Sur le chemin parsemé d’épreuves, le magicien en herbe fera montre de courage.

Baara (Le travail) - Mali, 93’, 1978
Premier long métrage produit au Mali qui raconte l’histoire d’un jeune homme qui se retrouve entre tensions politiques et économiques croissantes de l’Afrique urbaine. Balla Diarra est ouvrier dans la capitale Bamako. Il survit difficilement avec son petit revenu. Après la mort de son ami tué par le chef d’une entreprise, il se retrouve de plus en plus face à la violence.

Finye - Mali, 105’, 1982
Dans une grande ville du Mali, Batrou, une étudiante, est la fille d’un des représentants du nouveau pouvoir, le gouverneur militaire Sangaré. Elle fait la connaissance de Bâ, un étudiant, petit-fils d’un des chefs traditionnels de la région. Le père de Batrou voit d’un très mauvais il leur liaison. À son instigation, les résultats du bac sont falsifiés, afin que la jeune fille soit reçue mais pas le garçon.

Programme du 6 au 8 novembre - Salle Robert Kramer
Mardi 6.11 à 18h00 : Projection de Yeelen, présentée par Bertrand Bacqué
Mardi 6.11 à 20h00 : Discussion avec Souleymane Cissé, modérée par Bertrand Bacqué
Mercredi 7.11 à 20h00 : Projection du film Baara, présentée par Bertrand Bacqué
Jeudi 8.11 à 20h00 : Projection du film Finye, présentée par Bertrand Bacqué, suivie d’un Q&A avec Souleymane Cissé

publié le 4 novembre 2018

modifié le 7 novembre 2018