Semaine inaugurale - Musique au cinéma, avec Nicolas Rabaeus

Mardi 15 septembre 2015

Magnifique et stimulante journée que celle passée avec Nicolas Rabaeus, jeune compositeur suisse de musique de films, enseignant de théorie musicale, les étudiant-e-s du DC et des étudiant-e-s de la HEM-Genève.

Nous avons d’abord réfléchi sur le sens de la musique au cinéma grâce aux exemples les plus divers (du cinéma hollywoodien au cinéma d’auteur, en passant par le documentaire). Ensuite, sur la frontière parfois poreuse entre intra-diégétique et extra-diégétique, avec entre autres l’exemple très « parlant » de Moonrise Kingdom de Wes Anderson… En début d’après-midi, Nicolas Rabaeus a envisagé l’influence psychologique de la musique sur le spectateur puis, avec les étudiant-e-s présent-e-s, les aspects plus pratiques de la collaboration entre cinéaste et compositeur, sans négliger l’épineuse question des droits. Le tout en insistant sur un point crucial : plus le dialogue se fait en amont, plus il est fécond.

Impossible de ne pas rêver d’une « semaine de tous les possibles » qui verrait se mêler des étudiant-e-s de deux écoles autour de la composition de musiques pour des courts métrages déjà réalisés ou à venir…
Bertrand Bacqué

Nicolas Rabaeus est un compositeur Suisse de musique de film basé à Genève. Depuis dix ans, il travaille avec des réalisateurs d’Europe à illuminer des films en tous genre. Avec plus de 35 projets allant du long-métrage au documentaire, du film d’animation à la publicité en passant par des séries entières, Nicolas Rabaeus est connu pour sa grande capacité d’adaptation, sa précision et sa rapidité d’exécution. Il sait manier des styles aussi variés que la composition orchestrale contemporaine, la musique électronique ou encore la chanson populaire. Sa musique, toujours inspirée et originale, a gagné plusieurs prix dans divers festivals, dont le « Prix de la meilleure musique de film » au Kinotavr Festival 2015 de Sotchi pour son travail sur « Le Syndrôme de Petrushka ». Avec le temps, Nicolas Rabaeus s’est imposé comme une valeur sûre dans la production d’un film, et l’accumulation de projets d’envergure ces dernières années témoigne de la vivacité de son art.

publié le 24 septembre 2015

modifié le 14 avril 2016