Robinsoneries – journal des bords : Agathe De Limoges

samedi 2 mai 2020

 
Si demain on devait aller aux magasins, je mettrais d’autres chaussures. En attendant les heures passent peut-être. 13:00 ‒ 3:00 un bon timing. Je réponds plus aux appels vidéos, no more battery et je ne sais plus comment ça marche.

Hier je me suis dit heureusement que Basile m’a fait découvrir la ricotta maintenant c’est toujours une bonne idée. Une histoire de dés et de pantalon blanc, c’est pas grand chose, mais crois-moi, quand on en est à ce stade, c’est déjà pas mal. Peut-être que demain on fera un truc, j’y pense parfois. Je fais des mouvements et je regarde les chiffres, depuis j’aime le 3.
On est loin, enfermés on est bien.

Je laisse libre courbe. On tire au sort. Le soir je me rappelle plus ou va le verbe.
On n’oublie pas les choses, ni le vélo. Y’ x z 7 3 6. On partage le même silence à cause du soleil. Un jour j’ai essayé toutes les casquettes de la maison, et puis j’ai compris que ça m’allait pas trop les casquettes.

Je guette dans le coin de mon oeil pour te voir dans l’angle, plus tard on ira à la pharmacie acheter des larmes artificielles. Le vide finit toujours par prendre des vacances. Ventilateur express quand t’allumes la pluie.

J’aimerais que tu te taises longtemps pour moi.

De toute façon on repartira tous dans la machine à laver.

Parfois on rigole, parfois on s’emmerde. Alors on verra demain.