Futur

TOXIQUE Inputs

Automne 2020/2021 HEAD – Genève
Option Construction, Jamez-Fazy
R10/Auditoire à 9h

POSTER PDF

 
SEPTEMBRE 22
Denise Bertschi
STRATA: Mining Silence

L’une des plus grandes plantations de café du XIXe siècle dans le nord-est du Brésil était carrément aux mains des Suisses: La Quilombo Helvécia d’aujourd’hui, ne porte pratiquement aucune trace de la communauté qu’elle a fondée autrefois, tandis que la rencontre entre les colons suisses, les esclaves africains et la communauté indigène n’a pas encore été bien comprise. La recherche s’appuie sur une approche historique globale dun chapitre clé de l’histoire du colonialisme suisse. Les histoires de fantômes peuvent-elles nous permettre d’identifier et de réparer les erreurs de représentation?

OCTOBRE 6
Matheline Marmy — artiste, en conversation avec Elisa Langlois — curatrice
These things are mutable, perishable, sensitive to manipulation

Les oeuvres de Matheline Marmy cristallisent des dynamiques entre recherches et pratiques qui impliquent des résultats précaires et impermanents que l’artiste envisage comme un „savoir subjectif et inachevé“*. Ses réflexions, nourries par des expérimentations, constituent des procédés et protocoles pouvant se rapprocher de la recherche scientifique. Matheline Marmy propose une présentation de ses recherches à travers une conversation avec Elisa Langlois. Les échanges seront articulés autour d’une sélection de productions de l’artiste. *Extrait du catalogue de Live In Your Head: When Attitudes become Form, 1969, Kunsthalle Bern, curation de Harald Szeemann

OCTOBRE 13
Gilles Furtwängler — artiste invité 20/21

Bonjour je vous écris depuis ma tête et mon corps.
Sous la pluie, on est ensemble.
L’autre jour, il y avait un pigeon, une colombe ou quelque chose comme ça qui roucoulait dans les arbres là-bas, c’était magnifique.
C’est quoi qui fait peur ?
Toujours avec ma bouteille d’eau. Beauté. Résistance.
T’as mis quoi dans tes verrines ?
Présentation. Discussions. Salutations.

OCTOBRE 20
Tadeo Kohan et Gabrielle Boder — curateur-trice-s
Inter-action et inter-dépendance: réfléchir à l’exposition collective

Pour cet INPUT, nous aborderons notre travail de commissaires sous le prisme de la co-création et de l’expérimentation de formes collaboratives de l’exposition. Pour illustrer ces questionnements, nous citerons en exemple trois projets : MILF Plateaux (tentative d’exposition rhizomatique), Long Distance Relationship (penser à partir de la distance) et La Communauté qui vient (explorer les possibilités du rassemblement éphémère).

OCTOBRE 27
Christian Gonzenbach
Pourquoi aimons-nous le toxique ?

Est défini comme toxique ce qui agit négativement sur l’organisme. C’est vaste. Et cela pose directement la question suivante : mais qu’est-ce qui est positif alors? Comment reconnaître ce qui est négatif? Et si la plupart des choses ont une double action : positive et négative? Comment choisir?
Je vous invite à suivre mes réflexions à partir de ce sujet, voyons où cela nous mène.

NOVEMBRE 10
Ambroise Tièche
Merde à l’or

Les excréments, matière paradoxale, sujet anthropologique.
Sont-ils toxiques ? Si oui, quand ?
Comment des artistes s’en sont saisis, de façon occasionnelle ou récurrente ?
Sujet souvent tu mais omniprésent que nous allons survoler comme des mouches.

NOVEMBRE 17
Julie Monot
Monsieur M

Si le toxique devait glisser, se personnifier et se figurer dans le domaine de la fiction, il pourrait être Monsieur Merde. Il s’agit d’un personnage récurrent dans la filmographie de Leos Carax.
Vêtu de vert, un oeil de lait, il est grossier, abject et pourrait incarner la figure de l’autre, l’étranger absolu.

NOVEMBRE 24
Delphine Reist en conversation avec Géraldine Gourbe — historienne de l’art

La chercheuse en histoire d’architecture Fanny Lopez s’est passionnée pour une vision « utopique » du nucléaire. Initiée au début des années 1960, s’ensuit un appel d’architecture pour matérialiser cette nouvelle aventure de l’énergie perçue alors comme « moderne ». Dans ce sens, un tour touristique des futurs sites dont celui de Chinon, est organisé. On parle alors de « tourisme nucléaire »… Cette histoire fascinante – et méconnue – s’est, à son tour, retrouvée au coeur de ma réflexion curatoriale pour la première Biennale art et design Gigantisme, à Dunkerque, dédiée aux relations entre une histoire européenne industrielle et une contre-histoire de l’art entre 1947 à 1989.
Ce moment de convergence – peu étudiée – entre les « nouveaux » matériaux d’artistes et une aventure industrielle – menée tambour battant dans l’Europe de l’après-Seconde guerre mondiale – reposant sur une vision d’une autonomie nationale quant aux énergies, a trouvé toute sa raison d’être dans une ancienne friche industrielle à Dunkerque : la Halle AP2, vestige d’un long passé de construction navale et d’une culture ouvrière vitale.

DECEMBRE 1
Jean-Marie Perdrix — artiste à confirmer

DECEMBRE 8
Alice Audouin en conversation avec Katharina Hohmann et Philippe Rahm — architecte
TALKING HEADS – Art contemporain et impact écologique

Bâtiment H
Av. de Châtelaine 7 à 18h30

DECEMBRE 15
Vincent Kohler
143 BPM

Interprétation libre d’une chanson POP.